Bonus / malus : à quoi ça sert ?

La structure du bonus-malus s’impose à tout conducteur de voiture assurée. L’automobiliste ne provoquant pas d’accident responsable tire profit d’un bonus. A l’inverse, s’il commet un ou plusieurs accidents, il sera pénalisé d’un malus. Pour savoir exactement comment tout cela fonctionne, il est tout d’abord important de savoir ce qu’on entend vraiment par bonus-malus. À quoi sert – il ? Et quels sont les points clés sur son calcul ?

Qu’entend-on par bonus-malus ?

Le bonus-malus, plus connu sous le nom de CRM ou coefficient de réduction-majoration fait partie d’une structure unique jointe aux assurances en France. Sommairement, un automobiliste qui ne cause pas d’accident responsable bénéficie d’un bonus. Ce qui veut dire que sa prime d’assurance voiture baisse. Inversement, en cas d’accident responsable, l’auteur se verra attribuer un malus qui aura pour conséquence la hausse de sa prime d’assurance. Le bonus-malus évolue chaque année, à l’augmentation ou à la diminution, et impacte sur le calcul de la prime d’assurance auto dans l’année. Concrètement, le CRM ou le bonus-malus offre l’opportunité d’identifier le niveau de conduite.

A quoi sert le bonus-malus ?

Le bonusmalus ou CRM, est un coefficient destiné au tarif d’assurance par l’assureur. Peu importe la compagnie d’assurance, le mode de calcul reste identique. Elle réalise ce calcul du bonus à chaque fin d’échéance annuelle. Le nouveau coefficient s’exerce sur le montant de la prime d’assurance outrepassée à la date anniversaire du contrat. Il est intéressant de connaître qu’un coefficient de bonus-malus au-dessous de 1 diminue la prime annuelle. En-dessus de 1, cela va entraîner une incidence sur les primes qui seront effectivement majorées. De ce fait, le bonus-malus ou CRM est un élément clé en assurance auto car il détermine le montant de la cotisation annuelle.

Les points à savoir sur le calcul du bonus malus

Le bonus se calcule sur une période de douze mois précédant de 60 jours, l’échéance annuelle de la convention d’assurance auto. Si un accident se présente un mois avant échéance, cela ne sera pris en compte que l’année suivante. Chaque année, le fait de ne pas effectuer un accident responsable fait bénéficier le conducteur d’une réduction de 5% sur son coefficient de l’année dernière. Ce bénéfice peut s’élever jusqu’à un bonus plafond après 13 ans sans accidents. Il est important de savoir que l’assureur calculera toujours le coefficient par rapport à l’historique de l’assuré. Le bonus-malus est automatiquement transmis en cas de changement de véhicule ou d’assureur.

Plus personne ne veut m’assurer : comment faire ?
Jeunes conducteurs : quelles assurances leur faut il ?